Les actu d’Hom’âge

Présentation du projet

Tant de lien le temps d’une vie

 

La genèse du projet : faire de ces récits  une œuvre artistique productrice de sens

 

Le besoin d’évoquer et de transmettre sa propre histoire, celle de sa famille est  un fait très répandu. La quantité de récits dont la littérature rend compte en est un signe majeur.

C’est donc pour répondre à ce besoin exprimé par des usagers de l’espace Hom’Age que l’équipe  pédagogique et des étudiants de l’école supérieur des métiers de l’Image (Emsi) ont accompagné les volontaires dans cette aventure.

Les finalités : une histoire singulière dans une histoire commune  

Le projet aide les aînés  à s’approprier leur histoire et de la rendre intelligible  de manière sûre. Il  œuvre  à faciliter l’expression et la transmission de la mémoire chez la personne âgée autant pour elle-même que  pour autrui. Il participe au tissage du lien social, en renforçant, par la parole ou l’écrit, l’inscription de chaque individu dans un espace-temps commun, qui l’englobe et le dépasse tout autant.

 

La méthodologie et modalité de réalisation : convertissons ensemble nos vies en œuvre

 

Le récit de vie individuel s’est construit progressivement par une série d’entretiens, d’une heure en moyenne.  Les débuts de l’atelier ont été quelque peu laborieux, difficulté à se souvenir, pudeur… malgré une envie réelle. Sans doute parce que privilégier l’écrit revient de fait à prendre en compte une inquiétude, un doute, très répandu et pas seulement chez les plus âgés, qui se résume par l’adage “Les paroles s’envolent, les écrits restent…”.

C’est pourquoi à chaque étape, l’un des membres de l’équipe et l’étudiant de l’Esmi ont déterminé avec la personne elle-même ce sur quoi il semble utile et important de réfléchir – ou de se souvenir au mieux – pour le raconter la fois suivante. L’approche est thématique : l’enfance, la vie de jeune adulte, et aujourd’hui.

Le positionnement actif et bienveillant des intervenants participe à cette création originale. Lors des entretiens ils attirent l’attention de l’interviewé sur tel ou tel épisode tenu par ce dernier pour secondaire mais qui, prend, dans le contexte personnel ou familial, une importance non négligeable.

Une fois les entretiens terminés, le récit de vie est illustré en BD  par l’un des étudiants de l’esmi, puis revu, corrigé et complété par l’interviewé, qui demeure responsable de ses propos et de sa vision des événements vécus. La démarche aboutit alors concrètement à l’édition d’un volume imprimé.

Mais pourquoi une bande dessinée ? Avec son format alliant texte et image, elle possède des avantages certains : accessible, sympathique. Son allure bon enfant permet d’inciter à lire leurs messages. Dessiner, c’est raconter, et raconter, c’est faire comprendre.

Pour la réalisation de chaque BD (3 Bd réalisées), entre trois et six mois ont été, en moyenne, nécessaires. De la première étape, celle de la décision originelle, jusqu’à la fabrication et l’impression du volume.

 

En conclusion : Des vies racontées et si bellement illustrées : un  acte de renaissance

 

La valorisation de la parole des anciens, opère comme un geste fort destiné justement à reconnaître le lien entre leur passé et le présent. Les témoignages recueillis dans le cadre de la réalisation d’un récit de vie soulignent tous ce sentiment réconfortant que leur apporte le fait d’être écoutés. Les personnes concernées affirment, avec force, trouver dans ces activités la satisfaction de pouvoir dire ce qui ne se dit pas, ou guère, dans d’autres circonstances.

 

1 couv Page 0 boudj page 1 boudji coul page 2 boudji coul page 3 boudji coul page 4 boudji coul page 4,5 Azouni page 5 azouni coul page 6 azouni COUL page 7 azouni COUL page 8 azouni coul page 8,5 agou page 9 agou coul page 10 agou coul page 11 agou coul page 12 agou coul

Comments are closed.